• Un début d’année encore plein de nouvelles en sens divers de la part de Sarahmoon

     

     Un début d’année encore plein de nouvelles

     

    En décembre, nous vous donnions de bonnes nouvelles mais nous avions aussi des points d’interrogation.

    Au point de vue des bâtiments et de la parcelle, la bonne nouvelle principale est l’avancement des travaux d’aménagement et sécurisation des lieux.

    De solides murs de soutènement entourent à présent les côtés et l’arrière des deux maisons et les préservent d’éboulements que pouvaient provoquer les pluies torrentielles de plus en plus fréquentes au Rwanda. Heureusement, la matière première principale surabonde dans la propriété : de gros blocs de pierre sont faciles à extraire et à tailler dans l’ancienne carrière locale.

     

      Un début d’année encore plein de nouvelles   Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles L’école a été rouverte et compte près de 80 enfants inscrits. Tout était bien reparti après la longue interruption de 2020. Malheureusement le ruisseau qui longe le chemin d’accès à l’école a érodé catastrophiquement une partie du passage au cours des pluies des dernières semaines, le rendant dangereux et impraticable non seulement pour les petits enfants mais même pour les adultes. Plusieurs chutes se sont d’ailleurs déjà produites dans le ravin à 2 ou 3 m en contrebas. Chan a ameuté les autorités locales et provinciales, avec l’argument qu’il s’agit d’un accès public pour les gens de la colline comme pour l’école et que les autorités peuvent voir leur responsabilité engagée en cas de blessures suite à un accident. Avant-hier, elle était chez le gouverneur qui lui a promis de suivre l’affaire personnellement.

    Il semble que les choses bougent et que l’entreprise chinoise qui a fait la route se chargera bientôt des travaux de réparation et de renforcement.

     Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles

    Le personnel de l’école a changé en partie. Aristide, notre directeur, est maintenant papa d’un petit Axel et a décidé de prendre une autre orientation professionnelle aux revenus plus importants : taxi-moto et commerce. Nous l’avons félicité pour la naissance de son fils et Chan a bien essayé de le garder, mais ce fut peine perdue.

    Il reste à lui trouver un remplaçant polyvalent et dévoué, mais aux compétences plus assurées au niveau administratif où les lacunes étaient réelles. Nous lui sommes reconnaissants pour son travail et surtout sa disponibilité durant les dernières années, particulièrement dans les moments difficiles que l’école a traversés.

     Un début d’année encore plein de nouvelles

    Epiphanie, 23 ans l’institutrice, a repris une partie du rôle d’Aristide dans l’organisation de l’école et le lien avec les parents en plus de son rôle d 'enseignante maternelle. Elle se montre enthousiaste et prend sa charge au sérieux. Et parle français et est motivée, intelligente et reconnaissante!

    Un début d’année encore plein de nouvelles

    Marie-Michelle, 21 ans, une jeune institutrice de l’Est, est à présent à demeure dans la "Maison pour tous" où elle assure comme assistante et seconde Epiphanie à l’école. Le zamu Bosco a également été remplacé par Jonas qui s'occupe du jardin!

    Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles

    Un jeune chien MADOUDOU a été recueilli par Chan et nous espérons en faire un adjoint du nouveau zamu. Encore faudra-t-il réussir à l’éduquer à la stabilité, ce qui ne semble pas joué d’avance : il aime partir en balade et a déjà été retrouvé au marché à 1 km de là. 

    Un début d’année encore plein de nouvelles   Un début d’année encore plein de nouvelles

    Les nouvelles des autres implantations sont contrastées. Un nouveau recrutement d’instituteurs et institutrices a été organisé par concours à l’école de Nyagahanga après le départ des enseignants au cours des 8 mois de confinement. Le toit de l’école de Rutonde s’est envolé suite à une tempête. Il y a plus de 200 m² de charpentes et de tôles ondulées à remplacer et nous aimerions pouvoir les aider pour la moitié du montant des réparations qui s’élèvent à plus de 4 millions de francs rwandais (+/- 4.000€). C’est une école qui nous tient à cœur et dont la paroisse avait fait l’effort de nettoyer, repeindre et ranger les deux classes que nous avions trouvées à l’abandon il y a deux ans. Pas de nouvelle récente de notre implantation de Rwaza.

      Un début d’année encore plein de nouvelles   Un début d’année encore plein de nouvelles

    Que deviennent les pupilles des l’association Sarahmoon ?

    Là aussi les nouvelles sont contrastées. La plus récente est que Fabrice se trouve chez Chan après avoir fugué une fois de plus de chez sa maman. Celle-ci vit à présent dans sa région natale près de Kibuye où elle s’est lancée dans la fabrication et le commerce de bière de banane artisanale.

    Elle vit avec un homme qui bat Fabrice à coup de fers à béton.

    Il faut se résoudre à reconnaître l’échec de la réinsertion de l’enfant chez sa mère, d’autant plus que Chan a découvert que Fabrice consommait cette bière au point d’en avoir le foie détraqué. Il ne veut plus retourner dans sa famille et Chan lui cherche une famille d’accueil .

    Une généreuse donatrice permet pour l’instant de faire face aux dépenses que tout cela entraîne.

     Un début d’année encore plein de nouvelles  

    Moïse constitue à coup sûr la plus grosse déception de Chan. Elle l’a surpris à voler dans son sac et a réalisé par divers recoupements que c’était lui l’auteur des larcins précédents dont elle avait à tort accusé ou suspecté d’autres personnes. Faut-il vous dire le cataclysme intérieur qu’elle a vécu suite à cette découverte ?

    Elle a compris aussi que la mère de Moïse, femme d’ouvrage à l’école, était la complice sinon l’instigatrice de ces vols répétés. Blessée au plus haut point, désabusée de tant d’ingratitude, Chan refuse de les voir encore et apprend que Moïse se comportait en meneur délinquant dans le village depuis un certain temps avant sa découverte.

    Elle ne sent aucun regret chez lui. Pire, il continue de nier obstinément ce pour quoi il a été pris la main dans le sac. Et a opéré le même scénario chez 5 travailleurs sénégalais chez qui il avait fait main basse , 12 ans et l intelligence mise au service du pire!

     Un début d’année encore plein de nouvelles

    Eric continue sa formation en arts plastiques à l’école de Nyondo.

    Il revient de temps en temps à la "Maison pour tous" où il a aidé à peindre les dessins muraux avec PETER et donne volontiers un coup de main.

    Un début d’année encore plein de nouvelles

    Queen reste en lien avec l’école quand sa grand mère l'autorise, sa mère a déserté, elle bénéficie toujours d’une distribution de lait et d’une aide matérielle d'Olivier !

     Un début d’année encore plein de nouvelles

    La santé de Chan connaît des hauts et des bas. Il y a quelques jours, elle a été accablée par une forte fièvre et de violents maux de tête et de dos qui l’ont obligée à louer une chambre en ville pour s’y confiner. Un test PCR du covid 19 s’est heureusement avéré négatif, mais elle en est sortie épuisée et amaigrie. La santé et le moral de sa maman en maison de repos à Bruxelles lui causent actuellement bien des soucis et elle songe à rentrer bientôt pour s’occuper d’elle. Il y a un avion le 19 mars…

     Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles  Un début d’année encore plein de nouvelles

    Un début d’année encore plein de nouvelles

    Elle sent les prières et les ondes envoyées par vous tous, et vous remercie!

    Comme le temps en Afrique, après les tempêtes, les pluies diluviennes, un petit rayon de soleil peut la remettre en route! 

    Un début d’année encore plein de nouvelles

     

     

     chanchanmoon: https://www.youtube.com/watch?v=9j_WwW7iDi0

    chanchanmoon: https://www.youtube.com/watch?v=bwn03_lMZEk

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • SAMEDI 30 JANVIER
    TOUJOURS PROGRESSER.... encore et encore, et l ecole a pousse ;;;dans les collines sauvages elle est une graine pour tous les enfants desormais !
     

    Une belle iro­nie! 

    « Le tal­ent sans la rigueur, c’est comme un poulpe sur patins à roulettes. Il ges­tic­ule, mais on ne sait jamais s’il avance ou s’il recule. »

    Si on a ges­tic­ulé beau­coup pour peu de résul­tats, on a man­qué d’autodiscipline, on a remis cent fois l'ouvrage sur la table, la semaine dernière encore,  com­bi­en de temps a t on encore con­sacré à toutes ces des activ­ités cimenter, balayer, peindre, plombiers, jardiner, cimenter, recruter encore et encore .... cher­ché à s amélior­er 

    Si on a remis trop de choses à plus tard, on a dû s'obliger à être plus rigoureux!

     Une pépinière cana­di­enne affiche ce slo­gan sur son mur :

    « Le meilleur moment pour planter un arbre, c’était il y a 25 ans… À défaut, autant le planter aujourd’hui. »

    Alors on se remettait à l’autodiscipline.  Pour chaque marche à gravir, il y a un prix à pay­er.

    « Savoir ce que vous voulez, c’est pour moitié savoir ce que vous devez aban­don­ner avant de l’obtenir. » 

     Être prêt à recom­mencer par de petites choses à petites doses. D’abord nos gains, nos dons, mes amis ont été réduits, le C19!

    Depuis ils ont encore grandi.!

    Tous les soutiens, les membres, les conseils, ...on a tous vécu nos doutes, différemment! 

    Savoir bien s’entourer, c le pro­grès qui implique tou­jours un cer­tain degré de risque et d’échec, se choi­sir un envi­ron­nement où la crois­sance et l’ex­péri­men­ta­tion sont encour­agées, celui ci dans cette partie du Kivu, rude en passé, fut hostile, décourageante, vols, trahisons, épuisements, luttes, combats, une guerre perpétuelle en soi! Où j'ai  pris de mauvais virages parce qu’ils semblent mener à des raccourcis. Mais une fois réalisé que la route empruntée est une impasse, le problème est qu’il faut faire tout le chemin inverse pour repartir de là où on a dévié. 

    Mais se croire capa­ble de tou­jours faire mieux, quel que soit notre adversaire et il y en eut, et ne pas abandonner fut ma devise jour par jour, semaine après semaine….! Pour eux, pour vous, pour ma SarahMoon!

    Résilience "à la mode de chez nous" … patience…. endurance!

    Je vous les souhaite !

    Amitié fidèle, love kids,

    ChanMoon*

    « ON DEMANDERA BEAUCOUP À QUI L'ON A BEAUCOUP DONNÉ » LUC 12.48

     

    https://www.youtube.com/watch?v=dwiMw1ayHtM

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Fabrice refugue en 2021

     Bonjour  je t'écris pour te dire que hier soir j'étais très surprise de voir Fabrice notre petit dont  Anne est marraine débarqué ici à Rubavu alors qu'il habite à peu près à 100 km d'ici c'est une route longue qu il a faite avec les pieds!!!Oa essayé de lui expliquer de ne plus recommencer! Comme trop tard la nuit,  il a dormi chez Aristide puisque il ne pouvait pas rentrer ce matin on le ramène chez lui, car sa maman très courageuse a fait une partie du trajet pour venir le récupérer! Il a volé l'argent du lait d'une famille entrainé par des voyous, c'est peut être la raison de sa fugue? Il a eu peur de retourner ou d'aller en prison, je ne sais pas  ce point-là!
     
    pour rappel
     

    Maintenant, il semble en bonne voie, il m a promis de ne plus recommencer, il me disait au tel, "oui"!

    Je vous dirai quoi fin d'après-midi, il aura fini la route , d abord on lui achète uniforme cahiers sac exetera pour pouvoir reprendre le chemin de l'école! Lundi en 3e primaire du bon pied!

    Mais je ne sais toujours pas pourquoi il a débarqué chez nous, qu'est-ce qui s'est passé à part qu'il avait été entraîné par des amis, la confiance en nous est là puisqu il revient nous voir à chaque bêtise, mais le vol, le danger de la fugue aussi!

     

    mille pensées 

    Chanmoon**

    to Sarahmoon, one love forever

     

    Fabrice refugue en 2021

    Le cas à présent de mon petit Fabrice est douloureux et difficile à expliquer puisque cet enfant vivait dans la rue, dormait dans le caniveau depuis ses 6 ans et il a 9 ans ! Et malgré la rencontre avec son père, sa grand-mère ce fut un échec puisque ils le battaient et les deux buvaient et la belle-mère marâtre le battait également, elle l’a avoué, et il a fallu le retirer, il fuguait sans arrêt, il allait dormir chez Maman Moïse qui l'a accueilli avec amour, comme un huitième enfant et il venait tous les jours frapper à ma porte durant 2 mois. Et on a eu une belle relation lui de stabilité et de partage, d’amour et d’affection jamais connue, très vite il a appris à rouler à vélo, à nager, à manger correctement, à se laver, à s'habiller, à savoir aimer et se savoir aimer. De tous les côtés nous avons fait ce que nous avons pu pour trouver des organisations qui le prendraient en charge puisque moi je ne peux pas et le miracle inouï a été l'organisation Cyprien et daphrose qui pourtant se trouve à Kigali et n’accepte que les enfants de l'environnement des rues de Kigali mais le directeur Joseph et le responsable du de l'État Monsieur Jean-Marie ont été exceptionnels de compréhension pour l'accepter chez eux ! Les bâtiments sont propres, l'équipe professionnelle, formidable, il y avait le jour où on l'a déposé plus de 40 enfants des rues qui venaient d'arriver ! La séparation n’a pas été facile, lui comme moi on pleurait très fort, il a fallu que je m'enfuis vite que l'on ne voit mon désarroi double sentiment perturbant et j'ai confiance et beaucoup d'espoir. Je suis retournée le lendemain, il avait bien dormi la psy me dit, vite rassurée, donnez-moi le sac je vais le lui donner . Désolée, je refuse j’ai demandé à le voir ne voulant pas qu’il se sente encore une fois abandonné et malgré l’avis de la psy. Ses yeux sont inquiets quand il m'a revue, mais je l’ai trouvé calme, puis souriant, on a fait le bon choix... je crois et je sais que c un bon endroit pour lui. .Je dois m’éclipser doucement de sa vie, il trouvera ses repères ici.. ..Ils vont m’envoyer un rapport chaque mois...... Ce soir j’ai reçu ce message du directeur : « Le petit Fabrice va bien. Il s'adapte très lentement par rapport aux autres enfants qui avaient été ensemble au centre de transit. Il s'est quand même fait un petit ami, ce qui l'aide dans l'intégration. Hier, il jouait au football et quand je l'ai croisé m'a dit qu'il aime le football. Il a réclamé qu'on leur donne le ballon que tu as apporté. Je l'ai orienté chez l'éducateur qui était tout près mais je n'ai pas suivi la réponse qu'il a reçue. Je le vois demain pour m'assurer comment cela va avec les médicaments. » J’irai lui dire au revoir avant de m’envoler, vas petit combattant de la vie...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Chères et chers amis sympathisants de Sarahmoon, 

    Chan est enfin arrivée au bout de la sécurisation du terrain de l'école Sarahmoon!

    Le placement de garde fous métalliques le long de la rampe qui surplombe les deux bâtiments permet l'accueil de petits enfants possible, sans danger. 

          

     

    Et pas seulement eux, leurs familles aussi, rassemblées à l'entrée en un foule compacte. 

    Ils ont pris l'invitation de la maison sarahmoon pour tous au mot !  

      Chan presque seule face à une petite foule qui attend patiemment depuis 6h15 du matin.

       

    Elle a tant d'amour à recevoir et à donner. N'est-ce pas pour cela qu'elle est venue ?

    Aristide, le directeur, est malade, Modeste, nouvellement revenu pour aider, a dû s'absenter à Nyondo, il a trouvé du boulot ! Epiphanie est là, (si elle n'arrive pas trop en retard). Elle devient experte en pédagogie ! 

     Les trois grandes valises bourrées de 23 kg de vêtements et de jouets amenées avec elle de Belgique il y a deux mois sont vides. Tant de besoins pressants ont déjà été comblés depuis. 
    Qu'à cela ne tienne : les plats sont chargés de fruits bigarrés !    Mangues, bananes, mais, cannes à sucre !
     

     

     

    Ce seront les seuls cadeaux cette année, grâce à Irène Chalkia, une amie de Chan qui vend le matériel de son théâtre au profit de l'association Sarahmoon. 

    Et puis, le vrai Noël n'est-il pas dans les cœurs ? 

      

    Chez ces pauvres en tous cas oui, et c'est leur privilège précieux, enfantin, enviable, qu'ils soient petits ou grands.

    Cette maison ouverte à tous est le plus beau cadeau de tous les Noëls fêtés à Gisenyi.

     

      

     

    Mais l'association aussi a reçu son cadeau de Noël : la parcelle récemment acquise - hélas inutilisée en raison d'un refus du permis de bâtir une petite école selon nos projets et nos moyens restreints - vient de se vendre au prix que nous l'avions achetée il y a un an.

    A une famille nombreuse dont le père et la mère sont originaires de la région et dont Dominique était dans la classe du papa de Sarahmoon ! Ils vivent en Belgique depuis 25 ans. Ils rêvent de revenir un jour sur leur terre natale, au bord du lac Kivu. 

     

    Nous le leur souhaitons de tout cœur.

      Comme un papillon apparaît et disparaît en des mouvements pleins de fantaisie et d'imprévisibilité, ainsi va Sarahmoon en cette fin d'année 2020 SARAHMOON

              

    C'est au milieu de tous ces gens, avec ses joies et ses peines, que Chan vous salue avec tendresse et vous souhaite un doux et heureux Noël. Freddy

                    

                                                   

     



     

     

     

     
     
     Mille pensées 
     
     
     
    Chanmoon**

     

     
     
    Sarahmoon  one love forever 

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Chères et chers sympathisants de Sarahmoon, 

    Chan est enfin arrivée au bout de la sécurisation du site de l'école Sarahmoon!

    Le placement de garde fous métalliques le long de la rampe qui surplombe les deux bâtiments permet l'accueil de petits enfants possible sans danger. 

          

    Ils arrivent de partout en ce moment. 

    Et pas seulement eux, leurs familles aussi, rassemblées à l'entrée en un foule compacte. 

    Ils ont pris l'invitation de la maison sarahmoon pour tous au mot !  

      Chan presque seule face à une petite foule qui attend patiemment depuis 6h15 du matin.

       

    Elle a tant d'amour à recevoir et à donner.

    N'est-ce pas pour cela qu'elle est venue ?

    Aristide, le directeur, est malade, Modeste, nouvellement revenu pour aider, a dû s'absenter à Nyondo, il a trouvé du boulot! Epiphanie est là, (si elle n'arrive pas trop en retard). Elle devient experte en pédagogie! 

    Les trois grandes valises bourrées de 23 kg de vêtements et de jouets amenées avec elle de Belgique il y a deux mois sont vides. Tant de besoins pressants ont déjà été comblés depuis lors.

    Qu'à cela ne tienne : les plats sont chargés de fruits bigarrés    

    mangues, bananes, mais, cannes a sucre!

    Ce seront les seuls cadeaux cette année, grâce à Irène Chalkia, une amie de Chan qui vend le matériel de son théâtre au profit de l'association Sarahmoon. 

    Et puis, le vrai Noël n'est-il pas dans les cœurs ? 

      

    Chez ces pauvres en tous cas oui, et c'est leur privilège précieux, enfantin, enviable, qu'ils soient petits ou grands.

    Cette maison ouverte à tous est le plus beau cadeau de tous les Noëls fêtés à Gisenyi.

     

      

    Mais l'association aussi a reçu son cadeau de Noël : la parcelle récemment acquise - hélas inutilisée en raison d'un refus du permis de bâtir une petite école selon nos projets et nos moyens restreints - vient de se vendre au prix que nous l'avions achetée il y a un an.

    A une famille nombreuse dont le père et la mère sont originaires de la région et dont Dominique était dans la classe du papa de Sarahmoon ! Ils vivent en Belgique depuis 25 ans. Ils rêvent de revenir un jour sur leur terre natale, au bord du lac Kivu. 

     

    Nous le leur souhaitons de tout cœur.

      Comme un papillon apparaît et disparaît en des mouvements pleins de fantaisie et d'imprévisibilité, ainsi va Sarahmoon en cette fin d'année 2020 ......

              

    C'est au milieu de tous ces gens, avec ses joies et ses peines, que Chan vous salue avec tendresse et vous souhaite un doux et heureux Noël. Freddy

                    

                                                   

     

                  

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique