• rapport 2014

                                                                      

               Cher ami, Chère amie,

     

               Tu connais déjà bien l'ASBL Association Sarahmoon Enfants-Lune (ASEL), fondée en mémoire de ma fille Sarah, décédée de cancer le 31 mai 2009. L'ASEL a pour but d'aider des enfants (et éventuellement leurs parents, par exemple lorsqu'il s'agit de filles-mères, seules et sans ressources pour élever leur enfant), principalement au Rwanda, pays où Sarah était née.

     

              Nous avons continué nos activités au cours des derniers mois.

     

    Voici ci-dessous un bref rapport de nos dernières activités. Malheureusement, les fonds disponibles ont été épuisés, et nous nous trouvons à présent en difficulté pour assurer le salaire des enseignants de l'école maternelle de Matimba (3° ci-dessous). Nous serons vivement reconnaissants pour tout soutien qui nous aiderait à continuer nos activités, que ce soit sous forme directement financière ou, éventuellement, en donnant un coup de main lors de brocantes. En effet, les brocantes sont souvent l'occasion de liquider du vieux matériel (nôtre ou qu'on nous a donné), tout en accumulant des sommes petites mais néanmoins utiles pour venir en aide aux pauvres voir à ce propos ce qui est dit plus loin du minerval à l'école maternelle de Matimba: 1/2 € par enfant et par mois de minerval ce qui est déjà beaucoup pour les familles pauvres là-bas...

     

    De tout cœur, merci !

     

     

     

              Voici donc un petit rapport des activités soutenues l'an dernier, avec une prospective pour l'année qui vient.

     

              1°) Nyagahanga, où nous avions commencé en 2011 et où nous avions mis sur pied une école d'artisanat à l'intention des filles-mères (un problème très grave, ces très jeunes mères, qui n'ont aucune qualification professionnelle, étant aussi souvent rejetées par leur famille, trop pauvre pour les prendre en charge), en élargissant en outre les activités à l'apprentissage de la couture, qui était très demandé:

     

              -        en 2013, nous avons assuré le salaire des deux professeurs d'artisanat (vannerie), ainsi que de deux professeurs de couture.

     

              -        les objets en vannerie fabriqués par les filles-mères leur ont été rachetés en 2013 et 2014, ce qui leur a offert un revenu qui, pour elles, est conséquent. L'abbé Théophile, qui avait repris le secteur social dans la paroisse, vient de changer d'affectation, mais il assure rester en contact avec nous et avec les mères célibataires pour leur assurer une continuité. 

     

              2°) L'ASEL a continué de fournir une aide ponctuelle à plusieurs personnes en difficulté, à Nyagahanga, notamment en payant le minerval de jeunes aux études; toutefois, vu l'épuisement de nos ressources, on se contente désormais d'achever les parrainages déjà assumés, sans en prendre de nouveaux, à moins de trouver de nouvelles finances.

     

              3°) EN 2014, l'ASEL a permis l'ouverture d'une école maternelle "Saint-François d’Assise" à Matimba, à la pointe nord-est du Rwanda, en un lieu où la plupart des habitants sont des réfugiés, et où la demande d'une école maternelle était très forte.

     

    Trois classes ont été ouvertes, fonctionnant chacune en double système (25 élèves le matin et 25 autres l'après-midi, avec alternance, donc 50 élèves par jour), avec 5 enseignants et un gardien; on a ainsi scolarisé 150 enfants, alors qu'il y avait... près de 500 candidats.

     

    On envisage d'augmenter le nombre d'élèves d'une manière ou d'une autre, mais des difficultés sont à résoudre, notamment celle des locaux disponibles. L'ASEL assure le traitement de ces enseignants et du gardien, le reste, le matériel étant payé par le minerval des élèves (lequel équivaut à 1/2 euro par mois et par enfant, ce qui représente déjà une somme importante pour les pauvres).

     

    Mais la situation n'est pas simple, car nos propres ressources sont épuisées pour le moment...

     

              4°) Un des principes de notre association est d'essayer de faire faire le plus de choses possibles par les Rwandais eux-mêmes, sur place, et de les rendre entièrement autonomes, de manière à ce que nous ne devions même plus nous rendre sur place. De ce point de vue, l'hiver dernier, pendant mon séjour à Gisenyi (où nous avons habité avec Sarah, où elle est née jadis), j'ai pu y mettre sur pied une école maternelle par les habitants du lieu, en me contentant d'offrir l'encadrement technique, et une intervention financière pour les bâtments à rénover de la part de l'ASEL. Cette école fonctionne désormais en totale autonomie, ce qui est le but final recherché, au-delà même de l'éducation des enfants.

     

     

     

              Toutefois, comme déjà dit, les finances de notre association ont toutefois été mises à mal par l'investissement consenti à Matimba pour la construction et/ou aménagement des locaux, ainsi que par un envoi de matériel dans un conteneur qui s'est mal terminé à cause de difficultés non prévues avec les transporteurs et avec la douane locale (envoi que nous ne recommencerons plus, à coup sûr). Nous sommes désormais en difficulté même pour assurer la contribution mensuelle promise pour payer les enseignants de l'école maternelle de Matimba, et serions heureux si une aide extérieure venait renflouer notre caisse.

     

              Je me permets de rappeler que notre association est totalement "sans but lucratif", les membres prenant en charge leurs propres frais afin de ne pas mettre des frais administratifs sur le compte de l'argent reçu des bienfaiteurs. Cela fait que notre association est extrêmement modeste, mais au moins on peut être sûr que l'argent va à qui en a le plus besoin.

     

     

     

              Ci-joint quelques photos choisies (on peut en mettre beaucoup plus si vous le désirez !) pour illustrer les propos ci-dessus. Et deux vidéos avant et après!

    avant:

    http://www.youtube.com/watch?v=2UGNOCA7H7I

    ET après!!

    http://www.youtube.com/watch?v=RzZS-yNgICE

     

     

     

    rapport 2014

     

     

     

               Encore une fois, merci pour tout... et pour eux !

     

    Chantal Descampagne, présidente de l’ASEL               

     

     

    rapport 2014

                          

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :