• Nouvelles de Fabrice

    Voici le récit reconstitué  

    Fabrice a participé à la fête de Noël organisée à l’école pour les enfants des collines. Deux valises (de 23 kg de vêtements et autres objets chacune) étaient arrivées la veille grâce à une famille belge qui avait offert cette possibilité à Sarahmoon à l’occasion d’un voyage au Rwanda.

    Ce fut une fête avec un vrai père Noël et des cadeaux pour tous – près de 100 enfants !!!

    Fabrice était enchanté des nouveaux vêtements et surtout des bottes qu’il avait demandées avec insistance. Regardez-le fièrement planté. Il a même joué au mikado, au grand amusement de tous.

    Le lendemain, il était de retour chez Chan, tremblant de fièvre et sans ses vêtements ni ses bottes. Il avait été maltraité une fois de plus chez son papa et avait revendu ses vêtements pour se nourrir… Impensable pour Chan de le laisser dans cet état. De nouveaux vêtements lui ont été trouvés, une consultation au dispensaire a permis de diagnostiquer et soigner un accès de malaria. Vestine a accepté de le loger chez elle qui a pourtant déjà 7 petits enfants à charge. Heureusement, le nouvel espace dont elle dispose à présent permet ce dépannage d’urgence. 

    En quelques heures, de nombreux contacts ont été pris avec des associations diverses qui s’occupent d’enfants des rues au Rwanda (Cecydar, Point d’Ecoute, National Rehabilitation Service). Il apparaît que le problème se pose à une grande échelle dans le pays et que les solutions ne sont pas faciles à trouver. 

    En attendant la suite, Chan a emmené Fabrice et Moïse( 9 ans et 2ème enfant de Vestine) pour les distraire à la piscine, où Fabrice plongeait comme un dauphin de joie, et où on lui a appris à nager. Moment de calme, de détente et de sécurité dont ils ont profité à fond. Ces gestes d’attention ne sont jamais perdus, surtout lorsqu’ils sont donnés à un enfant.

    Après plusieurs tentatives infructueuses de réinsertion dans sa famille, Chan s’est rendue une fois de plus chez Justin, le papa. Elle était accompagnée d’un responsable de l’association Point d’Ecoute Alaouis, un ancien spécialisé dans ce genre de travail. Ils constatent que Fabrice n’est pas bien traité dans la famille de son papa. La belle mère finira par avouer qu’elle aussi frappe l’enfant. Il avait montré à Chan, son nez tabassé par le père qui a nié car tout oublié dans ses nuits de cabaret et boisson. Les deux pseudo parents culpabilisant l’enfant de créer la zizanie. Après une heure de tentatives de réinsertion, Fabrice se refermera et refusera d’ailleurs obstinément de rester encore chez lui. Chan déplore également un évident manque d’hygiène dans la famille.

    Il n’est pas envisageable ni raisonnable pour l’instant de retenter encore cette solution. Fabrice reprend ses affaires et part sans état d’âme avec Chan et son accompagnateur.

    Que va-t-il devenir ? La question commence à se poser de façon aiguë car il ne reste plus que quelques jours à Chan pour y répondre. A qui le confier ? L’association pourrait-elle assumer les frais d’entretien et de scolarité de Fabrice ? Autant d’incertitudes qui la taraudent pour l’instant…

    Il y a chez Fabrice une formidable force de résilience, une rage de vivre qui en fait un petit guerrier. Il y a aussi une soif encore toute enfantine de sécurité, d’éducation et d’affection. Mais elle doit être rencontrée. Son avenir en dépend. Le pire ou le meilleur ? 

    Que deviendra Fabrice en 2019 ?

    Nouvelles de Fabrice

     

    Au mois de décembre et janvier, avant d'être accepté dans une bonne institution CECYDAR où on lui donnera les bases d'une éducation et la stabilité qui sont nécessaires à un enfant de son âge!

    En janvier 2019...

    Après une enième fugue Fabrice revient chez nous et chez ses copains!

    Nouvelles de Fabrice

    Le cas à présent de mon petit Fabrice est douloureux et difficile à expliquer puisque cet enfant vivait dans la rue, dormait dans le caniveau depuis ses 6 ans et il a 9 ans ! Et malgré la rencontre avec son père, sa grand-mère ce fut un échec puisque ils le battaient et les deux buvaient et la belle-mère marâtre le battait également, elle l’a avoué, et il a fallu le retirer, il fuguait sans arrêt, il allait dormir chez Maman Moïse qui l'a accueilli avec amour, comme un huitième enfant et il venait tous les jours frapper à ma porte durant 2 mois.

    Et on a eu une belle relation, lui de stabilité et de partage, d’amour et d’affection jamais connue!

    Très vite il a appris à rouler à vélo, à nager, à manger correctement, à se laver, à s'habiller, à savoir aimer et se savoir aimer. De tous les côtés nous avons fait ce que nous avons pu pour trouver des organisations qui le prendraient en charge puisque moi je ne peux pas et le miracle inouï a été l'organisation Cyprien et daphrose qui pourtant se trouve à Kigali  et n’accepte que les enfants de l'environnement des rues de Kigali mais le directeur Monsieur Joseph et le responsable de l'État Monsieur Jean-Marie ont été exceptionnels  de compréhension pour l'accepter chez eux !

    Les bâtiments sont propres, l'équipe professionnelle, formidable, il y avait le jour où on l'a déposé plus de 40 enfants des rues qui venaient d'arriver !  La séparation n’a pas été facile, lui comme moi on pleurait très fort, il a fallu que je m'enfuis vite que l'on ne voit mon désarroi double sentiment perturbant et  j'ai confiance et beaucoup d'espoir. Je suis retournée  le lendemain, il avait bien dormi la psy me dit, vite rassurée,  donnez-moi le sac je vais le lui donner . Désolée, j’ai demandé à le voir ne voulant pas qu’il se sente encore une fois abandonné et malgré l’avis de la psy.

    Ses yeux sont inquiets quand il m'a revue, mais je l’ai trouvé calme, puis souriant, on a fait le bon choix... je crois et je sais que c un bon endroit pour lui. .

    Je dois m’éclipser doucement de sa vie, il trouvera ses repères ici.. .

    .Ils vont m’envoyer un rapport chaque mois......Ce soir j’ai reçu ce message du directeur :

    « Le petit Fabrice va bien. Il s'adapte très lentement par rapport aux autres enfants qui avaient été ensemble au centre de transit. Il s'est quand même fait un petit ami, ce qui l'aide dans l'intégration. Hier, il jouait au football et quand je l'ai croisé m'a dit qu'il aime le football. Il a réclamé qu'on leur donne le ballon que tu as apporté. Je l'ai orienté chez l'éducateur qui était tout près mais je n'ai pas suivi la réponse qu'il a reçue. Je le vois demain pour m'assurer comment cela va avec les médicaments. »

     J’irai lui dire au revoir avant de m’envoler, vas petit combattant de la vie...

    VOICI LES DESSINS REALISES AU CECYDAR avec les éducateurs spécialisés.

    Nouvelles de Fabrice   

    Nouvelles de Fabrice

    https://www.cecydar.org/ 

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Nathalie
    Jeudi 14 Février à 13:14
    ....je regrete de ne savoir rien faire pour le moment...que du bon à SARAHMOON....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :