• Arrivée à Gisenyi

     Gisenyi, au bord du lac Kivu

     GISENYI

    Nous avons quitté Kigali, la voiture chargée des gros bagages de matériel et de vêtements, le lundi 13 novembre après-midi. Plus que d'habitude encore, la route est sinueuse, pentue et le trafic de véhicules en tous genre plus dense que dans le nord-ouest d'où nous sommes arrivés hier. La prudence et le savoir-faire de notre chauffeur Nshuti nous rassurent.

     GISENYI               GISENYI

    Nous longeons le massif des Virunga, dont les anciens volcans se détachent majestueusement à l'horizon exceptionnellement dégagé. Plus loin encore, perdu dans la brume, le gigantesque cône tronqué du Niracongo encore occasionnellement en activité nous annonce le Congo voisin.

     La descente vers Gysenyi nous permet d'entrevoir au hasard des lacets l'étendue argentée du lac Kivu qui se confond avec le ciel lumineux. Avant Gisenyi, nous virons à gauche dans la direction de Rubona, au bord du lac, où se trouve l'école maternelle SARAHMOON.

     GISENYI

    La voiture est à peine immobilisée devant la  maison bleue qu'une joyeuse bande d'enfants de tous âges accourt par vagues sur la route pour cerner « mama Chantalé ! ». Les retrouvailles et les embrassades sont débordantes d'affection spontanée. Herdione, Marie-José, Aristide, Daphrose, les instituteurs, et Vestine, la femme d'ouvrage, nous embrassent avec le sourire.

     GISENYI  GISENYI

    Les jours suivants, où que nous allions, des enfants nous accompagnent gaiement, chacun voulant nous prendre par la main. Lorsque nous rendons visite à l'école, la classe entonne en chœur un chant de bienvenue en français, anglais et kinyarwanda. Un joli bouquet de fleurs rouges est offert à Chan. GISENYI GISENYI

    GISENYI

     La prise des présences est pour chaque élève l'occasion d'une leçon de langage et de socialisation par la reconnaissance de son prénom sur une étiquette qu'il doit retrouver dans un panier pour la fixer ensuite dans le tissage d'un panneau en feuilles de bananier en prononçant la phrase « Je m'appelle ... » Toute la classe répète ensuite le prénom.

     

    GISENYI

    Petite leçon de calcul : grâce aux étiquettes restantes, on compte le nombre des absents. On compte aussi le nombre de garçons et de filles et on inscrit les totaux sur un coin du tableau réservé à cet effet sous la date du jour préalablement recherchée avec un calendrier. On les compte ensuite le nombre des enfants présents.  La leçon introductive se termine lorsque chaque enfant est invité à pointer du doigt un visage souriant ou un visage grimaçant collés au mur en disant pourquoi il se sent de bonne ou de mauvaise humeur. Quelle magnifique façon de commencer ainsi la journée ensemble !

     GISENYI

    La réunion des professeurs permet de prendre des nouvelles de chacun et de faire le point sur le troisième trimestre dans la nouvelle implantation Tous s'accordent pour dire que la maison bleue leur convient bien. Ils ne regrettent pas celle du bord du lac qu'ils ont dû quitter fin juillet sur ordre des autorités pour emménager dans la nouvelle. L'administration n'a pas pu accepter l'absence de réponse à plusieurs de ses lettres de la part de l'ancien instituteur en chef qui a disparu de l'école à cette occasion, abandonnant ses enseignants au milieu du gué. 

    GISENYI

     La perte de près de 70 élèves, dont tous ceux des trois premières années de primaires, en cours d'année fut une expérience douloureuse pour tous et laisse notre école avec seulement une cinquantaine d'enfants en classes maternelles. Il est clair que la maison bleue ne permet pas d'en accueillir davantage et nous bloque pour l'avenir. Nous avons malgré tout fait le choix de garder les 4 instituteurs, mais les minervals ne couvrent plus nos frais en salaires et en entretien.

    GISENYI 

    GISENYI

    GISENYI Mais surtout, trop de petits enfants traînent encore sans école maternelle dans les collines voisines....... Que faire ?

                                                                 À suivre...                                       Freddy

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :